un Poème pour une visite

Poème choisi de façon aléatoire dans notre fonds à chaque visite de cette page.

Vieille eau-forte

La fine poussière
dans le boîtier de la pendule
annonce l’arrivée de la mort.

 

Il marche encore, le balancier,
fait basculer la fraction d’un cercle.
La mort réclame tout le cercle.

 

Une demoiselle à sa fenêtre
dans le vent d’orage.
Cinq pétales de rose volent par la pièce.

 

L’éclair donne pouvoir à une seconde.
Les chevaux qui s’élancent
attelés au carrosse noir
vont plus vite.

 

Les naseaux
brûlent dans le miroir.
Ou serait-ce les bougies
qui en dehors du cadre
se dressent dans de hauts flambeaux ?