Billet — Flocons hivernaux

Michel Deguy
par Michel Deguy

Le chagrin

1450 : « Un état de tristesse profonde mêlée d’amertume » (Robert).

Balzac invente la mythologie de la « peau » qui rétrécit. Marc Goldschmit reprend cette figuration clairvoyante dans « la peau du langage » (éditions Kimé, 2020).

La langue se chagrine.

 


D’Olivier Duhamel, ces deux choses :

La condamnation unanime de son habitus lui reproche […]

Lire la suite

Billet — Quatre grumeaux dans le marc de café 2021

Michel Deguy
par Michel Deguy

Du « en même temps »

Les esprits supérieurs (Luc Ferry, tous les dimanches) ne comprennent pas le « en même temps », et croient que « Macron » n’a pas les moyens intellectuels (sic) pour penser son action (rires au centre). Est-ce la peine de discuter avec Ferry de la contrariété non dialectique, de l’article de Freud de 1910 sur […]

Lire la suite

Billet — Pour passer l’an

Michel Deguy
par Michel Deguy

Brexit

À Boris Johnson

Les Anglais n’ont qu’une seule avance sur nous, mais irrattrapable : ils parlent anglais. C’est ce qui aveugle leur vue.

Le Brexit est une erreur et une faute impardonnables. L’Angleterre est un membre européen. Amputée, leur insularité impériale est devenue leur membre fantôme. L’illusion du Commonwealth et de leur enfantement […]

Lire la suite

Billet — Virus et vaccin

Michel Deguy
par Michel Deguy

 Mon propos ici est de capturer le langage du virus pandémique et du vaccin salvateur.

 

Quelle est la pandémie, et quel le virus mondialisé défaisant le monde aujourd’hui ?

Nous pourrions le nommer « Trumpisme » chassant la vérité de l’ancien monde, nuage circumterrestre polluant, mensonge et haine tweetés : réseau des « réseaux sociaux » complotistes, ignorants, superstitieux, […]

Lire la suite

Billet — De la reconnaissance

Michel Deguy
par Michel Deguy

La réduction de sens de la « reconnaissance » à une signification d’intelligence artificielle (IA) est « fatale », comme disait Primo Levi de « la recherche » : nihiliste.

Il n’y a pas deux significations de « reconnaissance », une « propre » du côté de la gnosie (sémiotique), et une « figurée » avec les « connotations » de la gratitude et de la grâce. […]

Lire la suite

Billet — Poétique de l’inégalité

Michel Deguy
par Michel Deguy

Liberté, c’est fraternité de fait dans l’inégalité des conditions, et peut-être grâce à elles ? Quel sens donner à « inégalité » pour faire admettre cette formulation scandaleuse ?

Ce sont les faits, les circonstances sociales et « sociétales » qui nous contraignent à ne plus faire tourner en rond la devise mantra autour de son pivot mais plutôt, sans […]

Lire la suite

Billet — Inside of Africa

Michel Deguy
par Michel Deguy

Les animaux s’ignorent ; ne parlent ni ne se parlent. Regardez la belle image africaine : les grues migratrices volent au-dessus des flamands, qui survolent les gazelles, au-dessus des picoreurs, distants. Ensemble, occupés chacun de leurs congénères.

S’ils parlaient, ils s’invectiveraient aussitôt, et se massacreraient : ils seraient « humains ». L’homme est un animal parlant, allélocidaire.

 


[…]

Lire la suite

Billet — Philosophie & opinion

Michel Deguy
par Michel Deguy

Depuis deux siècles le caractère français est formé par l’enseignement ;
et celui-ci, « secondaire », est finalisé – en classe « terminale » en effet – par la philosophie. La fin des études est, ou plutôt était, grecque, socratique : singularité nationale, par où la France est généralement incomprise.

La classe de philosophie s’ouvre avec Socrate [

Lire la suite

Billet — Éteignez la clim !

Michel Deguy
par Michel Deguy

Et non pas « adieu Donald », mais « au diable ! »

Le standard du confort américain (welfare state), non négociable, a reçu de Henry Miller, il y a cinquante ans, son appellation véridique : « Le cauchemar climatisé ». La clim, non pas symbole ou métaphore, mais voyant rouge de la consommation destructrice (« destruction créatrice »), atmosphère de la société américaine : si seulement ce peuple mal élevé supportait 20 degrés […]

Lire la suite

Adieu — Notre P. O.

Michel Deguy
par Michel Deguy

Pierre Oster est mort à 87 ans, rue de la Convention où il habitait avec Angela, immobilisé depuis plusieurs années par le diabète. La revue Po&sie perd un des plus anciens membres du comité fondé en 1977.

Un sédentaire ? Le contraire. « Où est Pierre ? », nous demandions-nous dans les années 60. À Moscou sans doute, […]

Lire la suite