Nouvelle ère — Du déshumain et de la folie des flux

Gisèle Berkman
par Gisèle Berkman

Alors qu’Eric Besson vient de fermer le centre d’accueil de Sangatte, interrogeons la notion de “flux” et, au passage, infléchissons-la
en ce sens : « Qu’est-ce que se trouver, soi, pris dans le flux ? »

Axiome : nous vivrions, non plus à l’ère des masses, qui était celle du dix-neuvième siècle, mais à celle des flux (monétaires, migratoires, humains). Ainsi la masse serait-elle, en quelque sorte, l’engorgement du flux, ou, si l’on veut, une embolie d’humanité, fâcheuse mais temporaire, dans la fluidité des réseaux.

Lire la suite

Polémique — De la disproportion

Michel Deguy
par Michel Deguy

Dans Le Monde du 6 janvier, sous le titre “Gaza, une riposte excessive ?”, André Glucksmann mettait en cause la notion de “proportion” lorsqu’elle s’applique aux conflits armés.

L’argument d’André Glucksman récuse l’emploi de « disproportion ». Sa verve s’emporte au point de paraître discréditer le concept non seulement dans l’occurrence (celle du conflit israélo-palestinien), mais en général. Tout en admettant que la « disproportion » a bon dos, il me semble qu’il n’est pas exclu d’en user,

Lire la suite

Rôles de l’Etat — La question de l’élargissement du Ministère de la culture se pose

Michel Deguy
par Michel Deguy

Réponse à l’interview donnée par M. Aillagon au journal Le Monde
du 29 décembre 2008 et titré : “La question de la suppression du Ministère de la culture peut se poser”.

Il se pourrait que M. Jean-Jacques Aillagon se trompât du tout au tout. Il y va en effet du tout.

La référence à Malraux (de façon à éviter d’évoquer le ministère de Jack Lang), sur fond d’allusions à un passé de tradition (avec Victor Hugo et les Rois de France dans l’iconostase, […]

Lire la suite

Quiz hongrois — Réponses à Jenő Farkas

Michel Deguy
par Michel Deguy

Invité par Jenő Farkas à l’université Eötvös Loránd de Budapest,
Michel Deguy avait dû répondre, en public, à un questionnaire
précis qu’il lui avait préparé. Voici ses réponses.

1. Votre rapport à la Hongrie ?

Dans mon expérience, ma psyché, la Hongrie et les « choses » hongroises sont quelque chose de spécifique ; ont un parfum « propre », aurait dit Proust, dans les « fioles » de la mémoire. C’est un cortège de noms, qui rappellent des rencontres,

Lire la suite

Mobilisation générale ! — Du Collège International de Philosophie

Michel Deguy
par Michel Deguy

Face aux multiples menaces qui pèsent sur lui, le CIPh doit se refonder.

Rejeton de 68, porté, puis enfanté, par quelques philosophes forts, inventifs, libres, reconnus, « pères fondateurs » (Derrida, Châtelet, Lyotard, Lecourt…), et favorisé par les années de la gauche généreuse du premier septennat de Mitterrand (Lang, Chevènement, puis Curien et quelques autres), le Collège international

Lire la suite

Piété — Koon

Roger Lesgards
par Roger Lesgards

Le geste étrange d’un Chinois, habitant d’une île de l’archipel des Fidji.

Sur l’île de Bènga, une rencontre : Koon-le-Chinois. Un Chinois comme il en est tant dans les îles du Pacifique Sud : maigres et costauds, souriants et discrets, acquiesçant à tout et à rien, vêtus d’un pantalon et d’une chemise flottante de toile grise, boutiquiers le jour, arrière boutiquiers la nuit. Ce sont habituellement

Lire la suite

Fautif — Quand M. Darcos écrit l’Histoire…

Hédi Kaddour
par Hédi Kaddour

Dans un article sur Péguy qu’il signait dans Paris-Match, le Ministre
de l’Education Nationale, agrégé de Lettres classiques, montrait
qu’il avait très bien su oublier certains propos de Péguy envers Jaurès…

Le 15 octobre 2008, le Ministre de l’Éducation Nationale, M. Xavier Darcos lançait un l’appel d’offre de 100.000 euros relatif à la « veille d’opinion » sur Internet et dans l’ensemble de la presse. Il y déterminait la tâche de « Repérer les informations signifiantes (en particulier les signaux faibles) ».

Lire la suite

Guerre d’Irak — Election Day

Richard Rand
par Richard Rand

Une réflexion sur le “dire vrai” en politique, à l’heure des élections américaines, en relisant La Lettre écarlate, de Nathaniel Hawthorne.

A Barak Obama.

 

Le jour de l’élection est arrivé, et je suis las de l’Election Day. Je suis las des élections. Ma vie entière, du point de vue politique, a tourné autour des élections, comme s’il n’y avait d’autre moyen d’exister en politique.

Lire la suite

En-jeu — Traduire Mallarmé

Marcos Siscar
par Marcos Siscar

Un coup de dés, traduit en portugais (Brésil) en 1974, avait déjà une place de premier plan depuis les années 50 dans l’avant-garde poétique brésilienne. A Saõ Paulo, il s’en prépare une nouvelle traduction…

La traduction d’un poème est-elle un travail « créatif » ou « philologique » ? Doit-elle concerner la poésie du présent, ou bien se porter témoin de son époque ? Pour Haroldo de Campos, qui a traduit Un coup de dés en 1974, Mallarmé était assurément un poète de son époque, plus qu’un poète attaché aux valeurs

Lire la suite

Oubli de l’Être — Sous le soleil

Michel Deguy
par Michel Deguy

Nous ne le vénérons plus, nous ne nous en étonnons plus,
nous l’oublions… Mais quelle est donc pour nous la place du soleil ?

Je cherche un ton de chronique, de récitatif plutôt que de récital, et baryton sombre plutôt que ténor léger. A reparler de poésie par surprise avec vous, ni en slam ni en jeux de mots, en rapport avec l’été (solstice et verbe être) ; « poésie » rappelée du fond de sa provenance (« Vieille Déméter méconnaissable au foyer […]

Lire la suite